Lettre ouverte aux fournisseurs et transformateurs de lait de prés IPS

A : Emmi AG, Elsa Group SA, Cremo SA, Nestlé Suisse SA, Züger Frischkäse AG, Fédération des coopératives Migros, Coopérative Coop, Denner AG

Copie : Office fédéral de l’agriculture

Zurich / Lausanne, mars 2024

Moins bonne indemnisation des producteurs laitiers pour le lait produit de manière durable avec une valeur ajoutée clairement définie pour le bien-être des animaux, l’environnement et la biodiversité que pour le lait produit de manière conventionnelle – qu’est-ce qui ne va pas sur le marché laitier ?

Mesdames et Messieurs

La association Marchés Équitables Suisse (MÉS) s’engage pour des marchés agricoles et alimentaires équitables et transparents. Suite à la première publication des prix à la production du lait des prés IP-SUISSE par l’Office fédéral de l’agriculture (www.agrarmarktdaten.ch), nous avons analysé les données publiées et sommes tombés sur des constats inquiétants concernant les prix du lait durable avec des plus-values environnementales et de bien-être animal.

Nous avons comparé les prix à la production du lait bio et du lait des prés IPS avec le prix moyen du lait A conventionnel (il n’y a pratiquement pas de produits B fabriqués avec du lait des prés) :

  • Lait des prés inférieur au prix du lait A : Depuis le relevé de mars 2022, les prix à la production du lait des prés IP-Suisse ne sont que rarement légèrement supérieurs, mais en moyenne inférieurs de 0,3 centime au prix du lait A conventionnel (cf. figures 1 en annexe). Il est également étonnant de constater l’écart important avec le lait bio, qui est en moyenne supérieur de 13.8 centimes/kg au prix du lait des prés.
  • Les plus-values ne sont pas rémunérées : ces rapports de prix permettent d’évaluer la rémunération des plus-values pour les producteurs de lait. Les chiffres montrent que les producteurs ne sont pas rémunérés en conséquence, mais « punis » par vous, en tant qu’acheteur, pour la production de plus-values environnementales et de bien-être animal dans le cas du lait des prés. Nous en concluons que vous, en tant qu’acheteur, ne souhaitez pas que des efforts supplémentaires soient faits dans le domaine de la durabilité et que vous voulez sciemment empêcher le changement vers des systèmes alimentaires durables et équitables.
  • Le durabilité au tarif zéro : il est particulièrement choquant que les rapports de prix soient justement inversés dans les magasins. Le lait conventionnel est proposé à des prix nettement inférieurs (ex. Coop Past 1.35/kg par rapport à IP-Suisse UHT 1.60/kg de Migros et Coop). Cela confirme notre hypothèse selon laquelle vous fixez sciemment des prix trop élevés pour les produits labellisés et bio ou – ce que l’on observe de plus en plus souvent – que vous voulez acheter le développement durable au tarif zéro. En d’autres termes, les produits conventionnels sont remplacés par un produit durable de meilleure qualité sans supplément de prix.
  • Répartition unilatérale de la valeur ajoutée : Non seulement la situation des prix, mais aussi la répartition de la valeur ajoutée le long de la chaîne de valeur ajoutée interpellent. Les producteurs de lait ne peuvent pas vous faire profiter de leurs surcoûts et de leurs prestations supplémentaires en tant qu’acheteurs leaders sur le marché et déterminants pour les prix, ce qui peut s’expliquer par la position de négociation de plus en plus faible des agriculteurs vis-à-vis de vous en tant qu’acheteurs. Les producteurs de lait ont reçu entre 69 et 82 centimes/kg pour le produit durable pendant la période considérée (cf. figure 2 en annexe). La plus grande part de la valeur ajoutée revient donc aux échelons en aval et au commerce de détail, qui ne génèrent guère de prestations supplémentaires en matière de durabilité (prix de vente actuel dans Migros/Coop IP-Suisse UHT 1.60/kg).

Nous prenons acte du fait que le lait des prés est bien accueilli sur le marché par les consommateurs et qu’il existe une forte demande pour les prestations supplémentaires obtenues dans l’agriculture. Les quantités vendues augmentent fortement (2023 : 300 millions de kg commercialisés). Afin qu’une concurrence favorable soit pratiquée sur le marché du lait dans l’intérêt de tous les acteurs et que des rapports de prix équitables entre les produits conventionnels et les produits durables soient possibles, nous vous prions, en tant qu’acteurs centraux du marché du lait, de bien vouloir répondre à la question suivante :

Qu’est-ce qui ne va pas sur le marché laitier et comment peut-on expliquer ces distorsions du marché et des prix ou comment peut-on les corriger selon vous ?

Dans ce contexte, nous adressons les demandes suivantes aux acteurs et au régulateur :

  • Acheteurs/transformateurs : en tant qu’acheteurs leaders sur le marché et grands distributeurs, vous avez une responsabilité. Il ne suffit pas de porter les promesses de durabilité auprès des consommateurs et de générer une demande correspondante. Ils ont également l’obligation d’indemniser les producteurs pour le supplément de prix nécessaire et de s’engager dans la vente. Les exploitations laitières ne peuvent pas fournir gratuitement la durabilité et les prestations supplémentaires correspondantes en matière d’écologie et de bien-être des animaux.

Une augmentation des prix à la production du lait des prés IP-Suisse est pour nous prioritaire à court et moyen terme, ce qui correspondrait également aux plus-values effectives de ce produit de haute qualité.

  • Politique agricole/Confédération : la problématique susmentionnée confirme que les marchés fonctionnent de manière très incomplète dans de nombreux domaines de l’agriculture et de l’alimentation. Ceci en particulier dans le domaine de la durabilité, car le marché n’est pas en mesure de refléter les aspects de la vérité des coûts. Dans le cadre de la politique agricole, il convient donc de créer des conditions-cadres qui assurent une plus grande transparence tout au long de la chaîne de création de valeur, qui mettent en place les bonnes incitations et qui garantissent aux agriculteurs une juste rémunération de leurs produits et de leurs prestations supplémentaires.

Comme mesure immédiate, les prix à la production du lait des prés IP-Suisse doivent être clairement indiqués sur le portail de données lancé, en comparaison avec ceux du lait A (comparaison actuelle avec le prix mixte du lait A/B). Dans un deuxième temps, les conditions-cadres devront être adaptées en conséquence dans le cadre du débat sur l’orientation future de la politique agricole.

Nous vous invitons à nous communiquer vos intentions pour remédier à cette erreur systémique sur le marché du lait.

Avec nos meilleures salutations

Dr. Stefan Flückiger, président

Werner Locher, membre du comité directeur, responsable de l’agriculture


Annexe :

Figure 1 : Evolution des prix à la production depuis mars 2022 avec la différence de prix par rapport au lait A. (Source : OFAG Secteur Analyses de marché)

Figure 2 : Evolution des prix à la production depuis mars 2022 des différents types de lait
(Source : OFAG Secteur Analyses de marché)


Nous suivre:

Plus d'articles

Changements de prix sur le marché du lait bio : Le commerce de gros réagit à la pression de la société et tente ensuite d’augmenter à nouveau ses marges par la porte de derrière

Les détaillants augmentent discrètement les prix du lait bio. Après avoir réagi au début de l’été à la pression sur les marges en réduisant les prix, ils les augmentent à nouveau par la petite porte. Marchés équitables Suisse demande la fin de ces optimisations de marges et exige la transparence afin qu’il soit clair que l’intégralité de la majoration profite 1 à 1 aux producteurs.

Rapport mensuel de juin

Migros et Coop font marche arrière, au moins pour le lait ! Marchés équitables Suisse a dû se battre pendant longtemps contre le fait que les produits issus de l’agriculture durable étaient moins bien traités en termes de prix. La question posée par la NZZ am Sonntag dans son reportage : « Nous ont-ils arnaqués avant cela ? » peut désormais être résolue par un OUI sans équivoque. Continuez à lire les brèves.

Co-directeur(trice) & chef(fe) de projet (env. 40-60 %)

Vous êtes passionné par l’idée d’avoir un impact positif sur la Suisse et le développement durable ? Vous souhaitez travailler au sein d’une équipe dynamique composée de personnes engagées et compétentes ? Alors vous êtes au bon endroit !

Développement & défis du marché des produits issus du commerce équitable – FMS s’entretient avec le sociologue Georg Sunderer

Plusieurs travaux sur la consommation de produits issus du commerce équitable ont été réalisés ces dernières années à l’Université de Zurich. L’une d’entre elles est la thèse de doctorat de Georg Sunderer, dans laquelle il compare différentes approches pour expliquer l’achat de produits alimentaires issus du commerce équitable. Dans son travail, il se concentre sur les produits « classiques » du commerce équitable provenant du Sud mondial. En conséquence, l’interview suivante porte d’abord sur ces produits. Dans la deuxième partie, les questions portent sur les évaluations et les conclusions relatives aux produits du Nord issus du commerce équitable, sur lesquels Marchés équitables Suisse se concentre.