Le lait bio devient soudainement moins cher : pourquoi maintenant ?

Le lait bio devient soudainement moins cher : pourquoi maintenant ?

Ce week-end, le journal NZZ am Sonntag a publié un article intitulé « Die Biomilch wird plötzlich billiger » (Le lait bio devient soudainement moins cher)1. L’association Marchés Équitables Suisse se réjouit de voir que ses demandes de réduction des écarts de prix excessifs ont été suivies d’effet. Chez Migros, le prix du lait bio pasteurisé a baissé de 10 centimes à 1,85 franc le litre et chez Coop de 5 centimes à 1,90 (Coop). Pour MÉS, il est important de souligner que cette évolution doit se faire sans pression sur les prix à la production. Il est désormais prévu de faire de même pour d’autres produits biologiques, et pas seulement pour le lait.

Au printemps 2024, MÉS a de nouveau critiqué les écarts de prix élevés entre les produits bio et les produits standard. Les produits bio ont donc été moins compétitifs que les produits standard. C’est ce qu’a confirmé la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW) en publiant les résultats de la deuxième édition du moniteur de prix qu’elle a développé pour le compte de MÉS. Conclusion : l’écart de prix entre les produits bio et conventionnels chez les deux grands distributeurs Migros et Coop restait élevé et s’était même creusé pour certains produits. Selon les calculs de la FHNW, les marges brutes sur les produits bio étaient environ deux fois plus élevées que sur les produits standard2.

Les nouveaux rapports de prix devraient rendre le lait bio plus compétitif. Les ventes sensibles au prix devraient augmenter. Le fait que le lait bio soit effectivement plus demandé a également été rapporté ce week-end dans la Sonntagszeitung: « En Suisse, le lait bio se fait rare »3. Les producteurs profitent généralement de la pénurie en augmentant les prix, ce qui a été souligné par les acheteurs dans le même article.

« Les développements le montrent : La pression que nous exerçons en tant que MÉS porte ses fruits – et elle est absolument nécessaire », déclare Stefan Flückiger, président de la MÉS. MÉS maintiendra la pression et suivra de près l’évolution des prix, notamment en ce qui concerne la répartition équitable de la valeur ajoutée, en permettant aux agriculteurs d’augmenter leurs parts, car ils sont les véritables fournisseurs de services de durabilité. L’association continue de demander que le surcoût dans le commerce de détail des produits bio et labellisés par rapport aux produits conventionnels, qui ne dépasse pas 20 %, soit justifié.

Au cours de l’été 2024, une nouvelle mise à jour du moniteur de prix de MÉS montrera comment l’évolution se poursuivra, si d’autres produits bio verront leurs prix baisser, s’il existe toujours des indices de pratiques commerciales déloyales comme l’abus de pouvoir de marché et quel sera l’impact global sur la situation des ventes de produits bio et labellisés ou sur le changement vers plus de durabilité. – Vers le moniteur de prix : www.fairemaerkteschweiz.ch/preismonitor

  1. https://www.nzz.ch/wirtschaft/preiskampf-in-den-kuehlregalen-die-bio-milch-wird-ploetzlich-viel-billiger-aber-warum-ld.1832596 ↩︎
  2. https://fairemaerkteschweiz.ch/fr/moniteur-de-prix/ ↩︎
  3. https://www.tagesanzeiger.ch/bio-mozzarella-fliegt-aus-sortiment-in-der-schweiz-wird-biomilch-knapp-358864308004 ↩︎

Nous suivre:

Plus d'articles

Changements de prix sur le marché du lait bio : Le commerce de gros réagit à la pression de la société et tente ensuite d’augmenter à nouveau ses marges par la porte de derrière

Les détaillants augmentent discrètement les prix du lait bio. Après avoir réagi au début de l’été à la pression sur les marges en réduisant les prix, ils les augmentent à nouveau par la petite porte. Marchés équitables Suisse demande la fin de ces optimisations de marges et exige la transparence afin qu’il soit clair que l’intégralité de la majoration profite 1 à 1 aux producteurs.

Rapport mensuel de juin

Migros et Coop font marche arrière, au moins pour le lait ! Marchés équitables Suisse a dû se battre pendant longtemps contre le fait que les produits issus de l’agriculture durable étaient moins bien traités en termes de prix. La question posée par la NZZ am Sonntag dans son reportage : « Nous ont-ils arnaqués avant cela ? » peut désormais être résolue par un OUI sans équivoque. Continuez à lire les brèves.

Co-directeur(trice) & chef(fe) de projet (env. 40-60 %)

Vous êtes passionné par l’idée d’avoir un impact positif sur la Suisse et le développement durable ? Vous souhaitez travailler au sein d’une équipe dynamique composée de personnes engagées et compétentes ? Alors vous êtes au bon endroit !

Développement & défis du marché des produits issus du commerce équitable – FMS s’entretient avec le sociologue Georg Sunderer

Plusieurs travaux sur la consommation de produits issus du commerce équitable ont été réalisés ces dernières années à l’Université de Zurich. L’une d’entre elles est la thèse de doctorat de Georg Sunderer, dans laquelle il compare différentes approches pour expliquer l’achat de produits alimentaires issus du commerce équitable. Dans son travail, il se concentre sur les produits « classiques » du commerce équitable provenant du Sud mondial. En conséquence, l’interview suivante porte d’abord sur ces produits. Dans la deuxième partie, les questions portent sur les évaluations et les conclusions relatives aux produits du Nord issus du commerce équitable, sur lesquels Marchés équitables Suisse se concentre.